5 idées reçues sur l’investissement immobilier

Actualité

Defiscalisation / Actualité 199 Views comments

Afin de préparer sa future retraite ou de laisser un héritage à ses enfants, il est intéressant d’investir sur le marché immobilier. Il vous suffit par exemple de repérer un appartement à vendre, de l’acquérir pour ensuite le mettre en location. Ce domaine demeure pourtant mal connu du grand public et les idées reçues le concernant sont encore nombreuses.

Investir dans l’immobilier nécessite des moyens importants

Bon nombre de personnes n’osent franchir le pas car elles doutent de leurs réelles capacités à financer l’acquisition d’un bien immobilier. Il s’agit effectivement d’un projet qui vous engage pleinement. Par conséquent, vous devrez le préparer au mieux. Vous disposez toutefois de leviers intéressants avec l’accès au crédit et l’existence de nombreux dispositifs fiscaux incitatifs (Loi Pinel, Malraux…).& Pour lever les derniers doutes et évaluer vos possibilités d’investissement, n’hésitez pas à vous rapprocher d’une agence immobilière. Elle saura vous orienter vers des biens en vente qui vous correspondront totalement.

Il est préférable d’être propriétaire de son logement

Parmi les idées reçues les plus largement répandues au sujet des investisseurs désireux de défiscaliser grâce à l’immobilier, on entend souvent qu’il est obligatoire d’être déjà propriétaire de son logement. Or il n’en est rien ! En aucun cas, il ne s’agit d’une obligation légale empêchant de s’intéresser à un appartement en vente. Les nouvelles générations n’attendent plus désormais de posséder un patrimoine pour concrétiser leurs autres projets immobiliers. Un tel choix permet de défiscaliser sans pour autant renoncer à sa mobilité et à sa liberté. Inutile donc de penser à la vente d’une maison si vous changez de travail un jour !

Le marché de l’ancien est le plus intéressant

Même si vous n’êtes pas à la recherche d’un investissement immobilier en vue de défiscaliser une partie de vos revenus, vous avez déjà entendu dire que le marché des logements anciens permet d’atteindre une meilleure rentabilité. Une telle affirmation subsiste très probablement en raison du dispositif Malraux. Celui-ci propose de fortes réductions d’impôts si vous faites le choix d’acquérir un logement ancien dans une zone à forte densité de population. Il permet de plus de défiscaliser le montant des travaux de réhabilitation et de mise au normes du logement avant de le proposer à la location.

Cependant, les autres dispositifs fiscaux ne s’appliquent pas uniquement au marché de l’ancien. Certains d’entre eux concernent même uniquement les habitations récentes (construites il y a moins de cinq années) afin de doper le nombre de biens vendus et de limiter les prix d’achat dans certaines zones bien définies, à l’image de Paris et sa proche couronne par exemple. Vous êtes donc totalement libre de choisir la meilleure stratégie pour la réussite de votre investissement.

Louer plus cher vous garantit un rendement optimal

Si vous vous intéressez plus spécifiquement au marché locatif, vous entendrez peut-être parfois qu’il est amplement préférable de se tourner vers des biens avec des loyers particulièrement élevés. Sur le plan théorique, ce principe ne peut pas être contredit. En effet, le montant versé mensuellement par le locataire aura une influence directe sur la réussite de votre investissement. En revanche, il serait terriblement dangereux de s’arrêter à ce seul principe.

En pratique, l’investisseur expérimenté ne recherche pas les seules recettes issues de la location. Il a également pour objectif de s’assurer une certaine stabilité à long terme. Plus le loyer sera élevé et plus le risque que le logement demeure vacant quelques semaines est grand (le temps de remplacer l’occupant précédent). Faire le choix de proposer un loyer en dessous de la moyenne des prix pratiqués vous permettra de mieux fidéliser vos locataires et d’assurer des revenus moindres mais réguliers.

Gérer soi-même son investissement immobilier est plus avantageux

Sous prétexte d’économiser quelques euros, certains préfèrent gérer par eux-mêmes leur investissement. Ils doivent donc rencontrer les locataires, les choisir, rédiger les baux etc. Malheureusement pour eux, ils se rendent rapidement compte que la gestion locative est une activité à part entière pour laquelle il convient d’être formé.& En choisissant de déléguer ces tâches à un professionnel, vous allez nettement être plus serein quant à la réussite de votre projet. Vous définirez ensemble quels sont les objectifs à atteindre et sous quel délai. Vous pourrez également profiter de sa grande expérience et de ses conseils pour optimiser votre investissement (sans pour autant risquer la moindre évasion fiscale. Si, malgré les avantages déjà précisés ici de s’adjoindre les compétences d’un prestataire, vous hésitez encore, sachez qu’une grande partie des frais induits par la gestion d’un bien peut être déduite des revenus fonciers.

Comments